Les toilettes (sèches)

Les équipements d'assainissement font défaut dans de nombreux quartiers périurbains et urbains. En milieu rural mais aussi urbain, les priorités portant surtout sur l'accès à l'eau, cette thématique n'est pas abordée et reste un peu tabou.
Beaucoup de maisons ou quartiers n’ont pas de toilettes ce qui oblige les habitants à aller dans la nature le jour comme la nuit en toute insécurité ou à creuser des trous à proximité de leurs habitations avec les problèmes d’hygiène et d’environnement.

C'est la technique Ecosan UDDT * qui a été choisie pour des groupes de maisons sociales de Débré Tabor : des toilettes sèches à usage collectif, dans une petite construction d'une ou deux cabines. Les urines et fécès sont récupérées séparément, puis valorisées en agriculture après quelques temps.
 
Les travaux de construction sont réalisés par une entreprise, après un appel d'offre public, et pris en charge financièrement par notre association. Les services techniques municipaux réalisent l'étude du projet et suivent les travaux. La communauté des habitants œuvre au terrassement, l'approvisionnement en pierre, en eau, en remblai...
 
Elus, administratifs, techniciens, et responsables de quartiers sont formés à la gestion et la maintenance de ces équipements. Les populations utilisatrices sont formées à l'usage des installations.

* Ecological sanitation - Urine diverting dry toilet : toilettes écologiques, avec séparation des urines et matières sèches

Fonctionnement

Les toilettes écologiques ou écosan sont des toilettes sèches, elles fonctionnent donc sans eau. Les écosan ont la particularité d'être conçues avec deux stockages bien distincts, de façon à séparer les urines des fécès. Ces dernières sont stockées dans des fosses en béton où mélangées avec de la terre ou de la cendre elles matèrent pendant 9 mois pour donner un terreau. Des tanks situés en dessous des latrines permettent de récupérer les urines qui sont ensuite exposés au soleil dans des bidons pour une désinfection.

Ces latrines ont de multiples avantages: elles permettent de préserver l'environnement, sont à faibles coûts et peuvent être sources d'économies voir de revenus grâce à la valorisation des déchets en agriculture.


Voici un résumé des différents écosan fabriqués aux alentours de Débré Tabor depuis 2013 : 

Les formations Ecosan

Décideurs, responsables et usagers sont invités à suivre une formation-information sur la technique Ecosan dès le début de la mise en service de  chaque installation :
-      les élus et chefs de services municipaux (1 journée)
-      les experts des services (1 journée)
-      les populations concernées par les projets (2 journées pour 60 personnes)
 
La formation initiale en 2013 a été  assurée par un expert éthiopien de l’université d’Arba Minch (au sud-ouest du pays) qui a développé avec succès cette technique dans cette ville depuis plusieurs années. Aujourd’hui, les personnes concernées sont formées par un de nos correspondants locaux en lien avec le service assainissement de la ville.
Elus, experts et population ont compris la technique et sont engagés dans cette démarche collective à Débré-Tabor.

La valorisation agricole des résidus Ecosan

Les urines sont stockées dans un tanker d’une contenance de 500 L durant l’utilisation de l’écosan. Lorsque le tanker est plein, soit environ 6 mois, l’urine est transférée dans des bidons de 30L. Elle est laissée au soleil durant 2 mois avant dilution et son utilisation en agriculture. Elle est très efficace puisqu’elle est riche en phosphore, en potassium et en azote, substances particulièrement recherchées par de nombreuses plantes et souvent contenues dans les engrais du commerce.
Les fèces mélangées avec de la terre ou de la cendre sont stockées dans une fosse individuelle pendant environ 9 mois. Elles sont extraites et peuvent être utilisées en agriculture sous forme de compost.
Quelques essais ont été réalisés sur de la culture de choux et de pomme de terre. Ils ont été concluants.